Ferreira da Silva est un des plus grands noms des arts plastiques portugais, avec une œuvre qui embrasse le dessin, la peinture, la gravure, la sculpture, le vitrail, les azulejos et la céramique
Son immense œuvre de céramique, répartie sur l’ensemble du pays couvre les diverses modalité du travail-depuis la peinture et le dessin, au moulage des pièces artistiques jusqu’à`la production de la céramique utilitaire avec une concentration particulière à Caldas da Rainha et la région environnante, où il a travaillé dès l’âge de 16 ans. Il est né à Porto en 1928 et a fait ses études de dessin et peinture à Coimbra, avant de commencer son parcours professionnel dans l’industrie céramique qui l’amena á Bombarral, Alcobaça, Benedita et Caldas da Rainha (“Secla” durant les annés 1950/1960 puis “Cencal” les années 1980 et suivantes e “Molde” les années 2000 et suivantes).
Dans la ville de Caldas da Rainha, son œuvre céramique peut être vue au Musée de la Céramique, dans la collection municipale Ferreira da Silva, au Cencal (centre de formation professionnel pour l’industrie céramique) et dans diverses collections privées : Un centre de documentation Ferreira da Silva a été constitué récemment entre la Mairie de Caldas et l’Association du Patrimoine Historique.

"Non loin de Agro Pissâno sont situés les bains appelés Caldas da Rainha si doux qu’ils servent de volupté aux corps sains et convalescents pincipalement au printemps et jusqu'à la mi-Juillet. (...) " (Paulo, 1656:61/64)
Entourée d’eau, la ville de Caldas da Rainha offre un riche patrimoine naturel et construit, où l’on peut profiter aussi bien de l’eau des plages de Foz de Arelho et de Salir de Porto, de celles de la lagune d’Obidos et que des eaux thermales.
Nous vous invitons à plonger dans notre histoire et apprécier le patrimoine aquifère qui nous caractérise tant

1 – Hopital Thermal
En1484 au cours d’un voyage en direction de Batalha , la reine Dona Leonor aperçut un groupe de personnes qui se baignaient dans des eaux boueuses. Curieuse, elle se renseigna sur ce rituel. Il lui fut expliqué qu’il s’agissait d’eaux miraculeuses, qui d’âpres la légende, après les avoir utilisées, guérissaient les maux dont on souffrait à l’époque. Satisfaite d’un tel pouvoir curatif, elle demanda l’année suivante de construire un hôpital thermal afin que les malades puissent y être traités. C’est à partir de ce lieu qui, en son hommage furent construites les thermes de Caldas da Rainha